Acheter un CD ? A quoi bon ?

June 30, 2017

J'aurais beau ravir les traits d'un Stentor, le hurler fièrement à m'en rompre les cordes vocales ou à m'en déchirer les poumons. Qu'importe que je me dresse droit comme un I sur tous les toits du monde pour le crier à tue-tête : 

J'ai sorti un album !

"Oui. Et alors ?" 

Il n'y a plus rien d'extraordinaire à ça. Magie déchue, vaincue, à genoux. Sol. Face contre terre, Magie mord la poussière. Repose, Magie. Repose, alors que l'ordinaire danse, chevilles brûlantes au-dessus du cimetière, tapie dans l'ombre inexistante d'un lampadaire. 

Tout le monde a sorti un album.

L'affirmation est exagérée mais la nuancer en annulerait l'effet. Bon. Je vous vois faire la moue. Alors je me reprends : presque tout le monde a sorti un album. Là, c'est mieux. Mais on est tous à deux ou trois personnes d'une personne ayant sorti un album. Ça, c'est un fait scientifiquement prouvé (par de savants calculs que je n'oserai compromettre dans ces lignes). 
Il y en a eu des milliards avant moi, des milliers en même temps que moi (ce fameux 5 mai 2017), et il y en aura encore des millions par la suite. 

La Terre ne s'arrêtera pas de tourner parce qu'Ask'Em a sorti un album. Ca, je l'ai compris assez vite. Alors pourquoi ? Hein, pourquoi ? A quoi bon répéter les mêmes schémas, emprunter les mêmes raccourcis, reproduire encore et toujours les mêmes gestes créatifs (et administratifs) pour des traversées dont on ne sait ni la durée du voyage ni le rivage ?

 

Ask'Em - "Farewell" par Leslie Cavarroc

 

Un mot, juste un : passion. 
 

Ask'Em - "Farewell" par Leslie Cavarroc

 

Car si la démarche reste invariablement la même, une des inconnues les plus aléatoires reste cette passion flamboyante, allumée en quiconque décide de sortir un album

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Elle commence à peine, je l'ai dit et répété à maintes reprises. Ce n'est que le début parce qu'écouter un album est une chose, mais le posséder en est une autre. 

A l'ère ou tout est soit minuscule, soit dématérialisé à outrance, acheter un album est une ineptie. Nombreux n'ont même pas de quoi écouter un CD, alors à quoi bon ? Pour le mettre de temps en temps en voiture ? Ah, mais non. Non, non, non. 

Là aussi, le lecteur a CD sa place au Bluetooth et autres clés USB.

Rendons-nous à l'évidence, l'écran du pare-brise est tellement moins divertissant que celui full HD à gauche de la boîte à gants. Rendez-le plus grand encore. Bien plus grand. Inversez-les, même, pour faire dans l'innovation la plus flagrante !

Pouce. Pause. Respiration. Reprise. 

Question de génération, peut-être, je suis resté attaché au format CD pour ce qu'il a d'unique. Lorsque tous se coupent doucement du monde, coussins d'écouteurs enfoncés dans les oreilles, il est parfois bon d'en rester une partie intégrante en délaissant embouts et cordons maladroitement démêlés pour préférer la liberté alternative du CD. Pas toujours possible, pas toujours pratique non plus, mais tellement différente. 

Pour cet album, il a fallu des heures, et j'entends par là des jours entiers de travail afin d'arriver à ce résultat.

Et je ne parle plus de musique,

je vous parle de physique.

Du CD dans sa version la plus palpable.

Tous les graphismes et visuels ont été pensés et réalisés par Leslie Cavarroc. Tous sans exception.
Il en a fallu, du temps, de la réflexion, de l'envie, de l'énergie et de la passion (la voilà qui revient) pour en arriver à ce résultat.
Il a fallu mettre le pied à l'étrier, sauter, tomber, monter en selle à nouveau. Trotter, galoper, craindre les obstacles, les franchir timidement puis bille en tête, pour en arriver là. 
Il a fallu y croire du plus profond de soi, et Leslie y a cru suffisamment pour que l'on puisse avoir entre les mains ce bel objet.

Et pour tout ça, toutes ces étapes traversées avec succès, je ne peux que lui en être reconnaissant.

Je rêvais d'un livret complet à l'intérieur de mon album, car je dévorais ceux des artistes que j'aimais à chaque fois que j'écoutais leurs projets. Vous m'auriez vu décortiquer chaque rime de Diam's ou tourner religieusement chaque page des livrets que contenaient les albums d'Eminem, dictionnaire d'un côté, bloc-notes de l'autre. Alerte, j'étais toujours prêt à appuyer sur "pause" pour ne rien rater de ce que je lisais.
J'étais ahuri. Choqué qu'on puisse être capable de donner plus de sens à des mots qui en sont déjà lourds voire dénués. Concentré, je plongeais à corps perdu dans ce petit livre offert rempli de mots. 

Il y en avait des nuées.

Souvent, je tombais des nues et,

une fois l'album dénoué,

je m'arrêtais, enfin, exténué.

Je ne peux pas vous garantir la même épopée que moi qui me suis pris des textes serre-gorge en pleine face. Ce n'est pas mon rôle.


Mais je peux vous assurer que vous procurer l'album en version physique ne fera que vous immerger d'autant plus dans l'aventure que l'on construit encore aujourd'hui, à travers nos concerts et chansons créées dans le plus pur silence des projecteurs éteints et des salles vides, qu'il nous tarde de voir comblées de vos curieuses âmes. 
 

Ask'Em par Leslie Cavarroc

 

Dans ce livret conçu avec amour (et je pèse chacun de ces six mots déposés consciencieusement), vous trouverez les paroles de toutes les chansons, de somptueuses photos signées Leslie Cavarroc ainsi que des remerciements dans lesquels vous figurez directement (peut-être) ou indirectement (sûrement). 

Si vous désirez en avoir un exemplaire, vous savez où/comment me joindre.

Je vous attends impatiemment. 

Avec toute ma gratitude, merci.

 

Ask'Em

Please reload